Imprimer

Cheikh ‘Alî Ar-Râzihî au sujet d'Al-Hajourî

Écrit par Cheikh ‘Alî Ar-Râzihî . Publié dans Articles

Cheikh ‘Alî Ar-Râzihî au sujet d'Al-Hajourî :
Cheikh ‘Alî Ar-Râzihî (Qu'Allah le préserve) au sujet de la situation d'Al-Hajourî, de la position des savants et leurs paroles telles que Cheikh Rabî’ qui dit qu’Al-Hajourî est un haddâdî et un grand danger pour le prêche salafî :


La question suivante fut posée à Cheikh ‘Alî bin Ahmad Ar-Râzihî - qu’Allah le préserve : " Celui qui pose la question dit : nous avons entendu dernièrement la parole de Cheikh Al-Wassâbî et la parole de Cheikh Al-Bour’î -qu’Allah les préserve tous deux- au sujet de Cheikh Yahyâ Al-Hajourî -qu’Allah le guide- et c’est une parole suffisante et décisive mais certains (essayent de porter) confusion et disent que la critique de Cheikh Al-Wassâbî n’est pas détaillée car il n’a pas cité les erreurs de Yahyâ Al-Hajourî et qu’ils ne se prononcent pas comme Cheikh Rabî ne se prononce pas et d’autres utilisent comme preuve l’appel téléphonique de Cheikh Rabî’ à Cheikh Yahyâ -lorsque Dammâj était assiégée- pour dire que c’est une recommandation pour Cheikh Yahyâ. Quel est donc votre avis concernant cette parole ?

Et est-il vrai que Sheikh Rabî ne se prononce pas sur la situation de Yahyâ Al-Hajourî qu’Allah le guide ? Faites-nous bénéficier (de votre réponse) qu’Allah vous bénisse !
" .

La réponse du Cheikh : "Al-Hajourî est un homme qui lorsqu’il arriva au début à la place de Cheikh Moqbil -qu’Allah lui fasse miséricorde- a commencé avec les étudiants en sciences islamiques, les élèves de Cheikh Moqbil -qu’Allah lui fasse miséricorde- et il a commencé à parler et les gens avaient donc le bon soupçon envers lui et lorsque son éminence le très savant et jurisconsulte Cheikh ‘Abder-Rahmân Al-‘Adanî a voulu ouvrir une école "Dâr Al-Hadîth" et que les étudiants en sciences islamiques se sont regroupés autour de lui de l’intérieur de Dâr Al-Hadîth de Dammâj et de l’extérieur sachant ce qu’il avait comme bien et comme bon comportement à ce moment-là l’agitation d’Al-Hajourî a commencé et il a commencé à parler (en mal) sur Al-‘Adanî de paroles qui n’étaient pas à leur place et puis de là il s’est enhardi et a commencé à parler (en mal) sur toute personne qui n’était pas d’accord avec sur le fait qu’il ait jugé Al-‘Adanî comme étant un hizbî (N.d.t : un sectaire) car il l’a jugé comme étant un hizbî sans preuve ni évidence.

Et les savants du Yémen se sont regroupés plus d’une fois et ils ont mis en évidence que c’était une fitnah qu’Al-Hajourî avait allumée sans avoir raison et qu’elle n’était basée que sur un combat (personnel de sa part) et après cela l’éminent savant et son excellence et notre cheikh Cheikh Rabî’ bin Hâdî Al-Madkhalî –qu’Allah le préserve- a publié une clarification qui montre que ce sont des affaires personnelles et que la connaissance d’un jugement de perversité ou d’innovation (religieuse) ne peut être basé sur cela.

Puis Al-Hajourî a persisté et a critiqué tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui de manière explicite et de manière implicite et il a donc commencé avec les savants du Yémen et à leur tête son éminence Cheikh Mohammad bin ‘Abdil-Wahhâb Al-Wassâbî –qu’Allah le préserve- et de même le reste des savants du Yémen parmi les élèves de notre Cheikh l’imam Moqbil bin Hâdî Al-Wâdi’î –qu’Allah lui fasse miséricorde- et de même ensuite avec les étudiants en sciences islamiques qui n’étaient pas d’accord avec eux.

Ils ont donc commencé à parler sur eux en mentant (à leur sujet) et en les calomniant et en les accusant faussement et en les mettant à l’écart et étant injustes à leur égard et les oppressant et la raison de tout cela est qu’ils n’étaient pas d’accord avec Al-Hajourî et sa parole fausse qui n’est conforme ni à la réalité ni aux preuves.

Ensuite Cheikh Rabî’ et Cheikh Mohammad bin Hâdî ont parlé et aussi avant cela Cheikh ‘Oubayd a parlé et Cheikh ‘Oubayd a mis en garde contre lui (Al-Hajourî) et Cheikh Rabî a aussi parlé sur lui et a dit que c’était un haddâdî.

Et j’ai rencontré Cheikh Rabî’ deux fois :

- La première fois alors que j’étais (encore) résident (*) à Dammâj il m’a dit : "Al-Hajourî a de l’exagération et autour de lui il y a des haddâdîs et je lui ai dit : Tu as de l’exagération". Et il dit aussi : "Je lui ai consacré deux heures mais c’est un homme dur envers autrui". Et il dit beaucoup de choses à son sujet.

- Puis je fis le pèlerinage une autre année – ou la ‘omrah- et je rencontrai également le Cheikh et il parla avec moi lors d’une assise de son début à sa fin sur Yahyâ Al-Hajourî et parmi les choses qu’il a dites c’est qu’il a dit : "Il a été rapporté de moi que j’ai dit que c’était un haddâdî et cela a été diffusé sur le net et cette parole existe vraiment car c’est un haddâdî et porte un grand danger pour la salafiyyah". Voilà la parole de Sheikh Rabî’.

Puis quand je suis retourné chez lui pour obtenir al-ijâzah il me dit après que j’ai pris al-ijâzah et que je sois resté, il m’appela et me dit : " Réfutez Al-Hajourî et mettez sa situation en évidence aux musulmans. Ne vous taisez pas à son sujet." Et cela fait partie des derniers événements.

Quant à Cheikh Mohammad bin Hâdî Al-Madkhalî il a beaucoup parlé à son sujet et sur sa méthodologie.

Et de même Cheikh ‘Oubayd ainsi que Cheikh Al-Boukhârî et d’autres parmi les gens de science. Quant aux savants du Yémen ils sont tous unanimes quant à son erreur comme cela est dit dans leurs clarifications qu’ils ont émises et aussi dans leurs remarques dans leurs cours et leurs discours et dans leur prêche.

Puis est arrivé le siège de Dammâj alors que Dammâj était le centre de Sheikh Moqbil et s’y trouvent des étudiants parmi lesquels il y en a qui n’ont pas la position d’Al-Hajourî. Lorsque j’ai parlé à Cheikh Mohammad bin Hâdî Al-Madkhalî il a dit : "Dammâj n’est pas toute entière à Al-Hajourî. S’y trouvent nos frères parmi les Gens de la Sunnah et s’y trouvent des gens originaires (de Dammâj)" etc.

Ensuite Al-Hajourî a persisté dans son égarement et dans sa critique des savants sans aucun droit et à parler (en mal) sur eux et Cheikh Mohammad bin ‘Abdil-Wahhâb Al-Wassâbî l’a lors jugé comme étant un innovateur et il a montré par cela qu’il a une méthodologie qui n’est pas la méthodologie des pieux prédécesseurs dans le sens où toute personne qui n’est pas d’accord avec lui ils réagissent envers lui en le critiquant et parlent (en mal) sur lui en disant des choses qui ne sont pas conformes à sa réalité et des choses qui sont loin de lui et tout cela n’est dû qu’au fait qu’il n’est pas d’accord avec lui.

Quant à celui qui est d’accord avec lui alors lui il l’accepte et le recommande et élève son rang et en fait ceci et cela et vous savez que cela fait partie des caractéristiques des haddâdîs.

Ensuite après tout ce temps Cheikh Mohammad Al-Wassâbî dit à son sujet que c’est un innovateur et le fait qu’il ait utilisé le mot innovation (religieuse) c’est une mise en évidence –le sens : qu’il a transgressé la Religion -cela est clair !- dans sa voie et dans sa méthodologie. C’est-à-dire que c’est clair dans sa voie et sa méthodologie et Cheikh ‘Oubayd Al-Jâbirî a aussi dit ensuite que c’est un innovateur et j’ai été informé -et Allah est Le Plus Savant- que Cheikh Mohammad bin Hâdî Al-Madkhalî a été questionné à ce sujet et a dit : "Al-Hajourî mérite cela !" ou quelque chose de similaire et cela m’a été rapporté en ce qui concerne Cheikh Mohammad bin Hâdî Al-Madkhalî et Allah est Le Plus Savant.

Et c’est pour cela qu’aucun savant jusqu’au jour d’aujourd’hui ne défend Al-Hajourî ne fût-ce que d’un seul mot et les seuls qui le défendent sont un groupe d’étudiants en sciences islamiques qu’il a charmés à sa manière et nous espérons qu’Allah les guidera et leur facilite la connaissance de la vérité et de ce qui est juste dans son épreuve qu’il a commencée et diffusée au sein des étudiants en sciences islamiques et des Gens de la Sunnah et d’Allah Seul l’aide est demandée.

Il t’est possible de revenir aux paroles des savants et à leur critique à son sujet et à leur mise en évidence de sa situation dans des fascicules et des livres qui ont été publiés avec une préface de Cheikh ‘Oubayd et d’autres parmi les gens de science. Il t’est donc possible de lire cela et que tu t’en assures. Et l’homme est sur une voie qui n’est pas la voie des pieux prédécesseurs et qui n’est pas la voie des savants que nous connaissons tels : notre Cheikh Moqbil -qu’Allah lui fasse miséricorde- et Cheikh Rabî’ et Sheikh Al-‘Abbâd et Cheikh Al-Fawzân et Cheikh Ibn Bâz et Cheikh Ibn ‘Otheymîn. Il se voit sacré et s’il voit que quelqu’un le critique, il le prend pour ennemi ou s’il le conseille, il prend alors position contre lui etc.

Et cette méthodologie n’est pas la méthodologie des pieux prédécesseurs -qu’Allah leur fasse miséricorde et leur pardonne. Car sa situation est arrivée à tel point que maintenant vous posez des questions à son sujet et donc s’il était sur une guidance, une droiture et une piété on n’aurait pas eu besoin de cela et il n’y a de force ni de puissance qu’en Allah !

Et dans le temps où nous disons ces paroles, -par Allah !- nous aimerions qu’il se repente de son effronterie et qu’il se repente de ce qu’il a commis en terme de juger comme étant sortis de la Sunnah vers l’innovation (religieuse), sans aucun droit ni aucune preuve, les étudiants en sciences islamiques et les savants et les prêcheurs qui font le conseil.

C’est ce que nous lui conseillons car les Gens de la Sunnah sont diligents quant à (la guidance d’) un musulman parmi les musulmans de la masse désobéissant a fortiori en ce qui concerne un homme qui a une da’wah et qui a des gens qui sont influencés par lui et donc ils sont plus diligents quant (à sa guidance) à lui que quant à (la guidance) d’autrui et c’est pour cela qu’ils ont patienté des années avec lui.

Et moi je dis : je demande à Allah qu’il lui facilite de revenir et de se repentir de sa critique envers ses frères et cela est meilleur pour lui s’il sait et Allah est le Seul qui facilite et toutes les louanges reviennent à Allah Le Seigneur des Mondes".

Celui qui appelle le Cheikh au téléphone : "Qu’Allah te bénisse -Ô Cheikh !- pour ce détail. Et qu’Allah nous préserve des épreuves. Pouvons-nous diffuser ce que tu as dit ?".

Le Cheikh : "Il n’y a rien qui l’interdise, qu’Allah vous bénisse !".


(*) N.d.t : Cette partie a été corrigée après que j’ai appelé le cheikh pour vérifier car le son de l’audio à cet endroit ne permet pas de comprendre ce que le cheikh dit de manière catégorique. Cet appel de ma part date du matin du 15 janvier 2013.


Ecouter le Cheikh :

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.



Voir la vidéo Format (mp4) | Télécharger (PDF) | Télécharger (mp3) | Durée : 0 h 09 min

Source : http://www.youtube.com/watch?v=JJp4U82cXPI&feature=youtu.be.
Traduit de l’arabe par votre frère Mehdi Abou Abdirrahman